Pourquoi tu procrastines et comment arrêter de le faire ?

Pourquoi tu procrastines et comment arrêter de le faire ?

Dans mon dernier article, je tentais de définir la procrastination. Je t’expliquais que la procrastination n’est pas une fatalité, ni un manque d’ambition, ni de la paresse, ni même le contraire de l’organisation.

Pour aller plus loin, je vais t'exposer aujourd'hui plusieurs méthodes pour combattre la procrastination. Pour savoir laquelle est plus adaptée à toi, il faut se pencher sur les raisons de ta procrastination, et elles peuvent être multiples.

Procrastination - Causes & Solutions

 

Tu procrastines parce que tu as peur de l’inconnu et du changement

Changer de travail, de mode de vie ou encore de perdre du poids, sont autant de projets qui peuvent bouleverser tes habitudes et t’apporter un sentiment d’inconfort. Quand tu tardes à programmer un rendez-vous médical, tu sais que tu as tort. Mais tu le fais pour te protéger de ce qui pourrait arriver : l’annonce d’une maladie, les frais que ça pourrait engendrer...

La solution : Identifier le grain de sable qui t’empêche d’agir et mettre en balance tous les bénéfices que tu pourrais rencontrer. Parfois, c’est un tout petit rien qui bloque toute une suite d’événements.

 

Tu procrastine parce que tu manques de motivation

Le ménage ? Barbant ! Poster sa feuille de soins pour se faire rembourser les frais médicaux ? Ça peut attendre ! On est d’accord c’est tâches n’ont rien de gratifiant ou de jouissif. Alors comment pourrais-tu avoir envie de t’y mettre sans attendre ?

Solution : Pour chaque tache sur laquelle tu procrastine, identifie un bienfait que cela va t’apporter: Laver et changer les draps ne t’inspire pas parce que tu as toujours du mal à remettre la housse en place ? Ne pense pas à ce détail négatif mais plutôt au plaisir que tu vas avoir de t’endormir ce soir dans des draps frais et qui sentent bon. Pour ton courrier, ne pense pas au détour que tu vas faire par la Poste pour acheter des timbres ou simplement poster ta lettre, mais au remboursement que tu vas percevoir, ou à l’absence de pénalités si tu dois payer une facture, à cet abonnement inutile qui va enfin être résilié…

Au-delà de ça, tu peux inventer toi-même un moyen de te motiver : récompense-toi de tes victoires ! Il n’est évidemment pas question de t’offrir une paire de chaussures à chaque fois que tu poste une lettre, mais de trouver un moyen ludique de provoquer ta motivation.

Exemple : Je n’aime pas du tout faire des photos de moi, mais récemment j’ai eu besoin d’en faire de nouvelles pour coller avec le nouveau design du site. J’ai laissé traîner les choses quelques jours, puis j’ai décidé de passer à l’action : j’ai programmé pour la semaine suivante le jour du shooting en fonction de la météo (pour ne pas avoir l’excuse d’une mauvaise luminosité) J’ai choisi en amont les vêtements que je voulais porter et me suis assurée qu’ils étaient propres et non froissés le jour J, et pour me motiver encore plus, la veille je suis passée chez le coiffeur et je me suis fait une jolie manucure pour me sentir bien. Bref j’ai fait en sorte de transformer une tâche que je n’aime pas en petit événement bien être et gratitude !

Ça marche également pour les objectifs à long terme mais qu’il faut savoir découper par paliers pour rester motivé et ne pas s’essouffler.

Exemple : Tu rêve de créer un blog et d'en vivre? Première récompense : quand tu atteindras les 100 followers, offre-toi ton nom de domaine. Deuxième récompense : quand tu auras 1000 abonnés sur Instagram, investis dans cet appareil photo dont tu rêves…

 

Tu procrastine parce que tu te sens débordé

Tu as rédigé ta liste de choses à faire et elle est longue comme le bras. Rien qu’à sa vue tu sens le découragement te gagner. Parmi toutes ces taches tu ne sais pas par où commencer, alors faute d’arriver à te décider, tu ne fais rien.

Solution : Commence par désencombrer ta liste, retire tout ce qui n’est pas utile, conserve seulement l’essentiel. Ne te mets pas la pression toi-même, tu ne peux pas tout faire ! Supprime ou délègue un maximum de choses.

Continue en identifiant les actions qui ont une date limite et qui sont donc à prioriser.

Tu as peut-être un projet qui te tiens à cœur, mais tu ne trouves pas le temps pour t’y mettre (écrire un livre, apprendre la couture, compiler tes recettes préférées ou tes photos favorites dans un album…) Eh bien maintenant que ton planning est allégé et priorisé, il est temps de te fixer un créneau hebdomadaire, une petite heure par semaine à consacrer à ce projet épanouissant pour ton plaisir personnel. Interdit dorénavant de te dire que tu n’as pas le temps pour ça !

• Lire aussi : Les secrets d'une To do List efficace

 

Tu procrastine parce que tu n’arrives pas à te lancer

Quand tu démarre ta voiture, durant le premier kilomètre, elle consomme environ le double de carburant que dans le cadre de sa consommation normale. L’humain fonctionne un peu de la même façon, le plus énergivore c’est de se mettre à l’action ! Une fois sur les rails, la tâche ne parait plus si compliquée et l’idée d’en avoir bientôt fini est un moteur puissant. C’est comme sur un vélo, les premiers coups de pédales te demanderont de la force, mais une fois lancé tu pourras profiter de l’inertie pour reposer tes jambes de temps en temps. Tu n’as pas besoin de pédaler tout le temps, tant que tu le fais régulièrement tu ne tomberas pas…

La solution : Fais-en un jeu ! Et si tu passais les 5 prochaines minutes à débuter dans ta tache ? Tu veux désencombrer ta bibliothèque ? Tu veux faire le tri dans tes chaussures ? Tu veux rapatrier la vaisselle ou le linge qui traîne un peu partout ? Pas de problème ! Arme-toi d’un chrono et vas-y à fond pendant les 5 prochaines minutes ! Au terme des 5 minutes, tu auras le choix de t’arrêter ou de continuer, mais dans tous les cas tu verras qu’on peut accomplir un tas de choses en quelques petites minutes.

 

Tu procrastines parce que tu ne sais pas évaluer la durée d'une tâche

Les tâches que tu remets à plus tard sont souvent les moins importantes à tes yeux. Leur intérêt est minime pour toi, et par conséquence tu as tendance à penser qu'elles ne seront pas longues à accomplir, et donc que tu pourras t'en occuper au dernier moment. Sauf que dans la plupart des cas, l’humain n’est pas très compétent pour évaluer les durée d’une tâche, et c’est la raison pour laquelle on fait souvent l’impasse sur les finitions, parce qu’on a simplement plus le temps.

Mais l’inverse est également possible. Parfois tu te fais une telle montagne d’une chose que tu n’as pas envie de faire que tu t’imagines que ça va te prendre un temps fou ! Pendant longtemps j’ai par exemple estimé qu’il me fallait 10 minutes pour vider le lave-vaisselle, alors que chrono en main je le fais en trois minutes (oui j'ai testé un jour, pour en avoir le cœur net) Ça a l’air anecdotique comme ça, mais mon cerveau estimait quand même qu’il me fallait 3 fois plus de temps pour réaliser cette corvée par rapport à la durée réelle de l’action.

Solution : Pour ne pas être piégé dans ton planning, n’oublie jamais de laisser la place au quotidien et à l’urgence. Planifier des journées à la minute près est inutile et frustrant, parce que tu ne pourras jamais t’y tenir. Et tu risques de ne pas penser à planifier tous ces petits riens nécessaires et qui prennent finalement du temps dans ton programme.

 

Tu procrastines parce qu’il y a toujours quelque chose pour te distraire

Réseaux sociaux, télé, jeux vidéo, téléphone… Elles sont nombreuses dans ton environnement les sources de distraction potentielles. La technologie ça a du bon, tant que tu parviens à t’en détacher le temps d’avancer dans tes projets.

Par ailleurs, combien de fois t’es -tu retrouvé dans une pièce pour réaliser une action particulière avant de te retrouver à tout ranger, tout nettoyer, et être incapable de dire une heure plus tard pourquoi tu étais venu dans cette pièce à la base ?

Solution : Bannis au maximum les notifications. Si une sonnerie te rappelle vers ton portable à chaque fois que tu reçois un mail ou un commentaire, tu vas sans cesse y revenir et couper tes actions dans leur élan. Il vaut mieux s’accorder des « moments sociaux ». Finis ta tâche prioritaire, puis tu t’accordes 15 minutes sur les réseaux sociaux ou pour relever tes mails.

Une méthode un peu plus radicale mais assez efficace est de se couper de sa routine et de toute source de distraction habituelle : tu peux par exemple aller travailler dans un cybercafé, aller réviser sur le banc d’un parc… Attention toutefois, tu pourrais être confronté à de nouvelles sources de distractions inattendues (Bonjour Vous ! Vous habitez chez vos parents ?)

En ce qui concerne la distraction par les tâches ménagères au sein de la maison, il existe une solution assez efficace à mettre en place pour éviter de se disperser : attribuer un emplacement précis à chaque tâche et faire en sorte de disposer à cet endroit de tout le matériel nécessaire à sa réalisation.

Exemple : Si tu traites ton courrier à ton bureau, fais-en sorte d’avoir à disposition des enveloppes, des timbres, des stylos en état de marche, ton chéquier pour les factures, des trombones ou des agrafes… Quand tu t'atèles à ta mission « courrier » tu n’auras pas à courir partout dans la maison pour récupérer du matériel et risquer de trouver une distraction au passage.

 

Tu procrastines parce que tu veux réaliser tes taches en une seule fois pour être débarrassé

Tu veux t’attaquer à un gros morceau : trier ton dressing, ranger ta cave, ton garage, ton grenier ou encore faire le tri dans ta paperasse. Mais tu refuses de générer du bazar en cours de rangement alors c’est décidé, tu te bloque une journée, un weekend, et tu vas résoudre tous tes problèmes une bonne fois pour toutes ! Sauf qu’en ce moment t’as pas mal de boulot, et pis ce weekend y’a tata Suzette qui vient te rendre visite alors ça tombe mal, on verra la semaine prochaine… Et tu repousses sans cesse ! D’une parte parce que c’est compliqué de se caler une journée entière ou un weekend, d’autre part parce que tant de boulot sur une courte durée, c’est intense et ça fait peur, tu n’as pas franchement envie de t’y mettre ! Au jeu du tout ou rien, tu finis par choisir le rien.

Solution : Apprend à décomposer les grosses tâches en petits morceaux qui sont bien plus faciles à digérer. T’occuper de désencombrer et trier un tiroir de la cuisine est plus engageant que de te convaincre de ranger la pièce intégralement. Au lieu de te dire que tu vas passer le weekend à ranger le garage. Accorde -toi quelques minutes pour commencer par isoler ce qui doit être jeté. C’est rapide, concret, et ça te permet d’y voir plus clair pour la suite !

 

Tu procrastines parce que tu as peur de l’échec ou de ne pas atteindre la perfection

Pendant longtemps ça a été mon cas. J’ai toujours voulu devenir auteure (et ça me trotte encore) donc j’avais dans l’idée d’écrire un livre, mais sans jamais m’y mettre. Parce que je n’avais pas le temps (mais j’avais le temps de passer des heures sur les réseaux sociaux) parce que je n’étais pas inspirée (pourtant tout le déroulement de l’histoire était dans ma tête et ne demandait qu’à être couché sur papier) et puis en y réfléchissant, je me suis rendu compte que la vraie raison, c’était que j’avais peur d’échouer.

Parce que tant qu’il n’était pas rédigé et envoyé à un éditeur, il ne risquait pas d’être critiqué ce livre. J’étais potentiellement un auteur plein de talent ! Quand j’ai compris ça j’ai mis les choses en perspective : je risquais quoi ? Qu’un éditeur refuse mon livre. Est-ce que ça changerait ma vie ? Non. Par contre si j’étais publiée, ce serait une victoire exceptionnelle, et c’était quand même une option à tenter ! Alors je l’ai écrit ce livre ! Et j’ai poussé l’audace jusqu’à l’envoyer à un éditeur ! Il n’a jamais été publié, mais je l’ai fait ! Est-ce que j’ai été déçue de recevoir une réponse négative ? Oui évidemment ça m’a un peu travaillé pendant quelques jours, mais au final la fierté d’avoir été jusqu’au bout du processus a été plus forte !

A contrario, la peur de réussir peut également t’immobiliser. Psychologiquement, en simplifiant au maximum, réaliser ses taches en temps et en heure, c’est éviter une pression inutile et fatigante tout en se donnant les moyens de réussir : c’est faire preuve de bienveillance envers soi. Pour peu que tu manques un peu d’estime pour toi-même, tu peux penser que tu ne mérites pas de prendre soin de toi et de réussir.

Solution : Peur de l’échec, ou peur de la réussite, ce genre de sentiments négatifs sont ancrés en nous parfois depuis très longtemps, parfois sans qu’on en soit forcément conscients. Consulter un psychanalyste pourra peut-être t’aider à dévoiler les raisons profondes qui t’empêchent d’avancer.

Rééquilibrage alimentaire et sommeil réparateur sont aussi des pistes à envisager pour se sortir de ce genre de mal-être. Je te l’accorde, prendre soin de toi ne va pas régler tes problèmes de procrastination directement mais va faire en sorte de te mettre dans de bonnes dispositions pour faire le plein d’énergie et rester positif ! Et ça c’est déjà super !

J’en ai fini de ce tour d’horizon de la procrastination. Evidemment la liste des causes de la procrastination n’est pas exhaustive, et parfois selon la tâche que nous remettons à plus tard, c’est l’une ou l’autre des causes qui sont en jeu (voir plusieurs).

J’espère t’avoir donné des pistes d’améliorations inspirantes et que tu sauras trouver les trucs et astuces qui t’aideront à vaincre la procrastination.

Mais d’ailleurs, tu procrastine souvent ? Dans quels domaines ? On en parle en commentaire !

S'organiser devant la télé

S'organiser devant la télé

L’art délicat de la procrastination

L’art délicat de la procrastination

0