Comment rester organisé malgré la flemme ?

Comment rester organisé malgré la flemme ?

 

Dans nos quotidiens d’entrepreneurs, il y a les jours avec, ceux pendant lesquels on abat un travail monstre, avec la niaque et toute la motivation du monde. Et il y a aussi les jours sans. Ceux qui commencent mal, quand dès le réveil, on aimerait rester au lit. Ceux lors desquels un incident rencontré en cours de journée nous vide instantanément de toute énergie. Ce coup de mou de l’entrepreneur, on y est tous confronté plus ou moins fréquemment. Alors comment rester organisé et garder le cap malgré la flemme ?

Comment rester organisé malgré la flemme ?

Rester organisé malgré la flemme, ça commence par l’accueillir

Je ne le dirais jamais assez, nous ne sommes que des humains. Des humains dont la productivité ne peut pas être à son top en permanence. La charge de travail que nous pouvons accomplir varie au gré de nos humeurs, de notre état d’esprit, de notre degré de fatigue… Et c’est bien normal ! On a tous le droit d’avoir des jours sans, il n’est pas nécessaire de culpabiliser à outrance et de se flageller lorsqu’on y est confronté.

N’oublie jamais d’être bienveillant vis-à-vis de ton rythme, qui est par définition, une alternance de temps forts et de temps faibles.
Allez répète après moi : « J’ai le droit d’avoir la flemme »

 

Succomber à la flemme et s’offrir un vrai moment de détente

Le premier réflexe quand on est confronté à un coup de mou, c’est parfois de l’ignorer simplement. Et ça peut être dangereux. Parce que faire l’autruche et mettre un problème en sourdine, c’est le meilleur moyen de le voir se rappeler à nous force 10 quelques temps plus tard, et parfois sous des formes bien plus handicapantes que la petite flemme initiale.

Et si la bonne idée c’était tout simplement de succomber à l’appel de la flemme et de s’offrir un vrai moment de relâche.

C’est peut-être le moment idéal pour diminuer ta pile à lire, que ce soit physiquement avec un bon bouquin ou en piochant dans tous ces liens d’articles enregistrés « pour plus tard ». Tu peux t’accorder un moment pour prendre soin de ton corps, de ton esprit, voir des deux en improvisant par exemple une petite ballade.

Même si la longueur de ta to do liste du jour est proportionnelle à la puissance de la démotivation qui t’envahit, tu peux t’octroyer quelques minutes de détente, je te l’assure.  Parfois le simple fait de se changer les idées est la clé qui te permet de te remettre à la tache en surpassant la flemme.

 

Le rangement pour combattre la flemme

Et oui, je te sers l’exemple typique de la procrastination par le rangement ! T’es-tu déjà demandé pourquoi ce phénomène est si fréquent ? Peut-être tout simplement parce que parfois, à défaut de pouvoir ranger le bordel qu’on a dans la tête, notre inconscient nous invite à ranger ce que l’on peut.

Faire une pause rangement, peut donc être bénéfique. D’une part parce que faire place nette ne fait jamais de mal, et d’autre part parce que ranger c’est déjà une façon de passer à l’action, en mode automatique, sur une tache qui ne t’en demande pas trop au niveau intellectuel.

Évidemment si tu es en mode flemme, il n’est pas question d’entamer un grand ménage de printemps. Tu peux simplement libérer l’espace sur ton bureau, rassembler tes notes, ranger ce qui devrait l’être dans tes tiroirs… Remettre les choses en place physiquement t’auras peut-être permis de le faire aussi dans ta tête. Au cours de ta session de rangement, il t’est peut-être venu l’idée d’une tâche sur laquelle il te serait plaisant d’enchaîner. Certes ce moment de répit a été une sorte de procrastination, mais qui peut s’avérer utile au final.

 

Face à un jour sans : on peut revoir ses priorités

Si aujourd’hui tu souffre de flemmingite aigüe, cela peut être l’indice inconscient que tu as perdu de vue tes priorités. Et même si ce n’est pas le cas, le meilleur moyen de garder la tête hors de l’eau quand la flemme s’invite, c’est encore de faire un point sur ton planning, et en particulier sur la façon dont tu pourrais l’alléger pendant ce jour sans.

C’est le moment ou jamais de passer en mode « minimaliste du planning » et de réfléchir aux seules tâches impératives à réaliser pour la journée. Identifie les actions qui ne peuvent absolument pas être remises à plus tard. Normalement il n’y en a pas tant que ça, et le simple fait de s’en apercevoir est déjà très rassurant en soi.

Devant ta liste de taches épurée, ne pense pas au temps que tu va passer à la compléter. Passe à l’action, comme si ça n’allait te prendre qu’une minute. Va à l’essentiel. Parfois le plus dur c’est de s’y mettre, et une fois lancé on se rend compte que finalement la flemme n’était pas si intense que ça !

 

Jour de flemme ou jour d’ennui ?

On a beau dire qu’entreprendre c’est enfiler plusieurs casquettes et être polyvalent, parfois on aimerait simplement voir autre chose, et ce n’est pas tant la flemme qui nous envahit que l’ennui face à une certaine monotonie des tâches. La solution toute trouvée ? S’attaquer à quelque chose de neuf !

C’est le moment idéal pour lire un livre de développement personnel par exemple, ou encore se former sur un aspect de ton métier qui n’est pas encore exploité. On a tous des listes de choses que l’on aimerait découvrir, qui mériteraient une petite initiation. On peut choisir d’y passer un moment dès aujourd’hui !

Mon credo en ce moment c’est les visuels et les montages vidéo. En bientôt deux ans de blogging, j’ai noté des tas d’idées que j’aimerais mettre en image pour illustrer mes articles et mes réseaux sociaux. Sauf que créer une infographie ou un GIF, ça prend un peu de temps, et si ce sont des choses que j’aime faire, ce sont rarement des priorités dans ma to do liste.

Quand l’ennui me guette, j’aime me lancer pendant un moment sur ce genre de choses qui me font plaisir. Certes ce n’est pas s’attaquer à la priorité du jour, mais ça me fait du bien à moi ! Ça me permet de casser la routine en alliant l’utile à l’agréable. Ça me fait passer du stade blasé au stade remotivé, et je suis plus d’attaque après ça pour reprendre le cours normal de mes activités.

 

Le coup de mou, les jours sans, on y est tous plus ou moins confrontés, l’important c’est de l’accepter sans se laisser envahir, d’y succomber parfois, ou de trouver des pistes pour y remédier en douceur. Pour rester organisé malgré la flemme, il suffit parfois d’un peu d’astuce ou de nouveauté. C’est aussi ça être slow organisé !

 
Planifier ou vivre au jour le jour ?

Planifier ou vivre au jour le jour ?

La journée type d’une professionnelle de l’organisation

La journée type d’une professionnelle de l’organisation