Unique ou multiple : 2 exemples de storytelling

Unique ou multiple : 2 exemples de storytelling

 

Je suis ravie de constater que nous sommes toujours plus nombreux à comprendre les enjeux et les bienfaits du storytelling personnel.
Pourtant, il n’est pas si simple d’imaginer comment construire son storytelling et le déployer concrètement.

Peux-tu tout miser sur une même thématique et développer un storytelling unique ?
Devrais-tu plutôt mêler les genres et oser un storytelling multiple ?
Je te propose ici 2 exemples de storytelling afin de t’aider à faire ton choix.

exemples de storytelling unique

L’exemple de storytelling unique

Il existe à mon sens deux types de storytelling ou d’identité éditoriale au sens large.
Le premier est un storytelling unique, il se base sur une thématique dominante qui va être déployée en long, en large, et en travers dans l’intégralité de ta communication.

Cette façon d’appuyer ton storytelling de façon très marquée présente l’avantage de te rendre très reconnaissable vis-à-vis de ton lecteur. Tu utilises un champ lexical très serré. Tu emploies des accroches et expressions récurrentes. Au fil du temps, elles te viennent avec toujours plus de facilité, ce qui va te permettre d’adopter une communication plus fluide, même à l’oral.

Ce parti-pris très fort dans ta communication te donne une posture d’expert et te permet de rayonner au maximum de tes capacités.

La grosse difficulté avec laquelle tu pourrais être confrontée en adoptant un storytelling unique, c’est l’overdose. Parce qu’à force de tirer sur les mêmes ficelles, elles s’usent et risquent de rompre. Non seulement, tu pourrais lasser ton lecteur, mais aussi de te lasser toi-même (et c’est plus fréquent qu’on ne le pense).

Un cas concret de storytelling unique : l’approche GEEK du Burn Out par Sandra Boré

J’ai découvert l’ EfferveScience de Sandra au détour d’un groupe de blogueuses sur Facebook.
Je n’ai jamais été personnellement confrontée au Burn Out, pourtant j’ai été immédiatement séduite par son univers pédagoGEEK, et je suis ses aventures avec grand intérêt.

Depuis, Sandra m’a même fait l’honneur de participer à l’élaboration de mon cahier de 6 exercices pratiques pour rester slow dans sa vie pro, proposé dans la cadre de mes précédentes activités autour de l’organisation.

Si j’aime le travail de Sandra, c’est qu’ elle évoque des choses sérieuses, sans se prendre au sérieux. Elle parsème ses textes de jeux de mots et autres références à la culture des jeux-vidéo, ou des blockbusters.

Cerise sur le gâteau : elle illustre elle-même en partie ses contenus, ce qui donne à son travail un rendu unique et extrêmement personnalisé.

L’exemple de storytelling multiple

Le second type de storytelling ou d’identité éditoriale est multiple.
Tu peux le considérer comme un assemblage d’éléments qui n’ont pas forcément de liens entre eux, mais qui forment un tout cohérent.

L’avantage de ce storytelling moins marqué est évidemment qu’il te permet beaucoup plus de liberté dans ta communication, que ce soit sur le fond ou sur la forme. Le risque de lasser ton lecteur, ou de te lasser toi-même est considérablement réduit.

En contrepartie, en explorant de nombreux axes de communication différents, tu prends le risque de diluer ton message et ta personnalité. Tu pourrais te rendre moins identifiable et donner moins de caractère à ta marque. 

Un cas concret de storytelling multiple : le marketing entre labo et fast-food par Fabien Bonneau

Le storytelling multiple est le plus répandu. Il fait moins peur je crois.
Au moment de choisir un exemple pour l’illustrer, j’ai immédiatement pensé au Laboratoire du web de Fabien. Tout simplement parce que certes son storytelling est multiple, mais il reste fort et a durablement marqué mon esprit.

De prime abord, l’univers de Fabien est celui d’un « gentil savant fou ». Pourtant, il casse les codes attendus avec un burger qu’il brandit en exemple pour t’expliquer sa vision du marketing.

Et il le fait bien. Et c’est ce qui compte !
Peu importe si burger et labo n’ont pas de lien apparent au final. Les parallèles sont excellents, les mots sont justes, c’est une communication réussie !

En bref, un storytelling unique est très utile en particulier quand tu te lances dans ta communication ou que tu lui donnes un nouveau départ. Cela te permet de ne pas t’éparpiller et poser des bases solides à ton identité éditoriale.
Dans le temps, tu peux toutefois te permettre d’ouvrir quelques fenêtres de liberté pour aérer tes propos en adoptant un storytelling moins centré.

Au final, peu importe que ton storytelling soit unique ou multiple, communiques avec sincérité, ton lecteur t’en remercieras.

 
7 péchés capitaux pour un parfait storytelling

7 péchés capitaux pour un parfait storytelling