Les bases d’une organisation zen quand on travaille chez soi

Les bases d’une organisation zen quand on travaille chez soi

 

Entreprendre chez soi, c’est génial sur le papier : devenir son propre patron, s’organiser comme on veut, suivre son propre rythme, sont autant de gros avantages qui vous change la vie. Mais entreprendre à domicile, c’est entreprendre avant tout. Et s’organiser comme on veut, ne veut pas dire faire l’impasse sur toute forme d’organisation ! J’en fais l’expérience au quotidien. Laisse-moi te présenter tout ce qui représente pour moi les bases d’une organisation zen quand on travaille chez soi.

Les bases d’une organisation zen quand on travaille chez soi

 

Briefer ses proches pour maintenir une organisation zen quand on travaille chez soi

Quand on travaille chez soi, on est vite confrontés à un mythe assez généralisé, en particulier dans la tête des non-entrepreneurs : Si tu es à la maison, tu es disponible.

C’est pour ça qu’à mon sens, la première base d’une organisation zen quand on travaille chez soi c’est de poser des limites aux autres membres du foyer. De leur expliquer que lorsque tu travailles, ils ne doivent tout simplement pas te déranger. Et ce n’est pas forcément évident pour eux, surtout au début. Mais c’est un pli qui peut vite être pris.

De mon côté, la règle est simple : si je suis à mon bureau, il est interdit de me déranger, sauf urgence. Alors oui, évidemment la règle n’est pas toujours facile à faire respecter, surtout qu’un enfant de 6 ans à une idée très personnelle de ce qu’est une urgence… Mais ça a le mérite d’éviter une bonne part d’interruptions inutiles, c’est toujours ça de pris !

Une autre petite règle bien utile que j’ai personnellement mise en place à la maison : mon ordinateur, mon bureau, c’est chasse gardée ! Personne n’a le droit de poser quoi que ce soit dessus, de déplacer des choses, de se servir dans les tiroirs… Bien qu’il soit au milieu du salon, mon bureau est devenu la zone 51 de la maison. Je n’en suis pas à tirer à vue sur les intrus, mais je veille ! Plus sérieusement, c’est toujours désagréable de ne plus s’y retrouver parce que quelqu’un est venu fourrer son nez dans tes affaires.

De même, il est judicieux de rappeler aux membres de ton foyer que travailler de chez toi n’implique pas que tu deviennes responsable exclusif de la tenue de la maison au quotidien. Le ménage et les corvées doivent continuer d’être gérées comme elles l’étaient auparavant, avec la collaboration de tous, et sans empiéter sur tes heures de travail (sauf si tu décides d’intégrer des pauses ménage à ton planning évidemment)

Une petite mise au point est bien utile également vis-à-vis de la famille ou des amis qui ne vivent pas sous ton toit. Il va falloir leur rappeler assez régulièrement que non tu ne peux pas aider ta cousine à déménager mardi parce que « tu es la seule disponible ce jour-là », ou encore que tu ne peux pas accueillir ta meilleure pote à l’improviste un jour sur deux. Oui, tu es à la maison, mais tu travailles !

 

Se créer un espace de travail accueillant et ergonomique pour faciliter une organisation zen quand on travaille chez soi

Même s’il m’arrive, quand le temps le permet, d’utiliser mon ordinateur sur la terrasse, ou de passer en mode brainstorming au milieu des coussins moelleux de mon canapé, mon bureau reste mon espace de travail privilégié.

Pendant quelques mois, j’ai blogué depuis la table du séjour, mais très vite j’ai eu envie de mon espace rien qu’à moi (notamment pour les soucis de délimitation du territoire évoqués précédemment). J’ai revendu mon ancienne table et j’ai investi dans une mini-console transformable en table de séjour pouvant accueillir 12 personnes les 2 fois de l’année ou j’organise un dîner en grande pompes. J’ai pu gagner un maximum d’espace pour me permettre de créer mon espace bureau rien qu’à moi ! (petite astuce au passage pour ceux qui manquent de place)

Parce qu’il faut être honnête, on n’a pas tous l’opportunité d’avoir une pièce entière dédiée à son activité, même si je l’accorde c’est quand même le cas de figure idéal… De mon côté, j’ai simplement installé un grand tapis sous mon bureau, pour délimiter l’espace, et m’aménager un petit coin douillet que mes petits pieds nus adorent fouler… En effet, si tu veux te sentir impatiente de te mettre à la tache chaque matin, s’aménager un petit cocon accueillant est la meilleure idée que tu puisses avoir !

S’aménager un espace de travail accueillant et ergonomique est à mon sens la seconde base d’une organisation zen quand on travaille chez soi.

Investis, si tes finances le permettent, dans un beau bureau de belles fournitures… Tout ce que tu utilises au quotidien devrait être étudié pour t’inspirer et te motiver. Créé un espace de travail qui te ressemble et dans lequel tu te sens bien. Débarrasse-toi de tout ce qui ne te plait pas ou plus, des fournitures qui datent de ton année de 5e, des vieux crayons mâchouillés de Marmot… Conserve seulement l’essentiel ! (En plus d’être plus inspirant, ça aide bien si comme-moi tu as des tendances bordéliques innées, moins on en a sur le bureau, plus il reste rangé…CQFD !)

Autorise-toi la couleur si tu aimes, ou au contraire fais dans le style épuré. Peu importe, du moment que ça te plait, et que c’est pensé en fonction de ton utilisation quotidienne.

Pense aussi à ton siège ! Tes petites fesses vont y passer des heures et des heures, il doit être adapté à cette contrainte ! Je te parle en connaissance de cause parce que j’ai fait l’erreur d’investir dans une très jolie chaise en métal pour aller avec mon très joli bureau de style industriel… Mais je ne m’étais pas rendue compte que le métal, c’est super dur en fait quand ça fait deux heures que t’es assise dessus ! Depuis j’ai ajouté une petite galette de chaise pour le confort de mon fessier, mais du coup c’est beaucoup moins design…

  La mienne est rouge et avec un dossier… mais tout aussi inconfortable si on y ajoute pas un petit coussin moelleux !

La mienne est rouge et avec un dossier… mais tout aussi inconfortable si on y ajoute pas un petit coussin moelleux !

Un dernier conseil à propos de ton espace de travail : pense à des solutions de repli. Parce qu’il y aura surement des moments où travailler de chez toi va être quasi-impossible. Tu seras un jour ou l’autre confronté à des travaux dans ta rue, à ta moitié qui invite ses amis de la chorale à répéter au milieu de ton salon (quand t’as déjà refusé 4 fois de suite, tu dois faire des compromis…), ou tout simplement à une envie furieuse de changer d’air. Tu auras alors besoin de trouver ce qu’on appelle un tiers lieu de travail, un endroit extérieur dans lequel poursuivre tes activités.

De mon côté j’ai pris un abonnement à la médiathèque de ma ville qui dispose d’un espace de travail équipé de prises de courant et d’une couverture wifi… C’est sommaire, mais c’est tout ce dont j’ai besoin au final. Ça me permet en plus d’emprunter régulièrement de nouveaux bouquins de développement personnel que je n’ai ni à acheter, ni à stocker ad vitam sur une étagère… Que demande le peuple ?  A toi d’imaginer ce qui pourrait te convenir. Un café branché ? Un espace de coworking ? Un banc public quand le soleil est de la partie ? Tout est envisageable !

 

 

Définir des horaires minimums pour s’assurer une organisation zen quand on travaille chez soi

Des horaires minimums, c’est quoi ? C’est tout simplement le quota d’heure le plus réduit que tu t’engages à respecter. Je m’explique.

Dans ma semaine, au minimum, je travaille les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 11h30, puis de 13h30 à 15h30. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce sont les horaires de classe de Marmot, et donc ceux auxquels je suis 100% disponible pour ma petite slow entreprise.

Ça ne veut pas dire que je ne travaille jamais le mercredi ou le weekend… Ça veut juste dire que je ne programme jamais rien ces jours-là. Si d’aventure Marmot passe l’après midi chez un copain, ou décide de participer à un marathon de jeux vidéo dans la chambre de son frère, alors évidemment ça me laisse l’opportunité d’avancer dans mon travail (ou de traîner sur Netflix).

Tout ce que je vais réaliser dans ces périodes là, ce sera pour moi du bonus ! Et je serais contente d’avoir pu prendre un peu d’avance sur ma to do. Mais en aucun cas je ne mise sur le fait que ce weekend « Je dois trouver un moment pour… » ça évite la frustration !

Je t’invite vraiment à définir objectivement tes horaires minimums et à le faire en pleine conscience. Ça constitue pour moi la troisième base d’une organisation zen quand on travaille chez soi.

Tu as le droit de bosser le soir ou le weekend, surtout si tu cumules un emploi salarié en parallèle de tes activités entrepreneuriales. Mais ne te charge pas la mule. Ce sera plus épanouissant pour toi de te dire que tu vas bosser une heure chaque soir, et d’en faire plus, plutôt que de t’astreindre à 3 heures quotidiennes et culpabiliser de ne pas arriver à t’y mettre un jour sur deux.

Dans le même ordre d’idée tu peux t’imposer certaines limites pendant ces moments « hors horaires ouvrés » : ne pas checker tes mails, ne pas publier sur les réseaux, ne pas répondre aux appels sur ta ligne pro… Au même titre qu’un salarié lambda, tu n’as pas à être disponible pour tes clients ou prospects 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 !

 

Enfiler sa casquette d’entrepreneur (et penser à l’enlever) pour une organisation zen quand on travaille chez soi

Personnellement, ma journée commence par préparer mon fils et l’emmener à l’école. De ce fait je suis obligée de m’habiller également. Mais même si ce n’étais pas le cas, je suis convaincue que sortir de son pyjama est nécessaire.

Je ne te dis pas que j’enfile chaque jour un costume de working girl, genre tailleur cintré bas noirs et talons aiguille… Je suis plutôt du genre à privilégier le confort, et à me faire plaisir en matière de style. Faut dire que j’ai passé mes 8 dernières années de salariat en blouse de travail, cheveux attachés, maquillage et bijoux interdits… Donc maintenant que je n’ai plus de contraintes, je me fais plaisir !

On dit que l’habit ne fait pas le moine, mais je trouve qu’il joue vraiment sur la posture. Ça représente pour moi la quatrième base d’une organisation zen quand on travaille chez soi. Et c’est d’autant plus vrai les jours ou tu dois mobiliser un max de confiance en toi.

Si tu me suis sur le groupe Facebook de la Slow Organisation ou sur la page Amelieorable, tu sais que j’y publie régulièrement des vidéos live. J’adore le faire, mais ça me demande de sortir de ma zone de confort. Ces jours-là, mettre ma tenue de belle gosse (tu sais, celle qui te va à ravir et qui est en plus trop confortable), mettre un beau bijou ou me faire une jolie manucure, ça m’aide à booster ma confiance en moi.

Mais enfiler sa casquette d’entrepreneur, ça ne concerne pas seulement le côté vestimentaire. Ça passe aussi par tout un tas de petits rituels qui te font rentrer dans le personnage !

Tu as surement les tiens : te faire couler un café / un thé, faire le bilan comptable de la veille, faire ta veille sur Feedly, lire tes mails ou checker les réseaux (je préfère le faire en fin de matinée / journée personnellement, pour ne pas être embarquée par les urgences des autres)

Attention, c’est bien beau de savoir enfiler sa casquette d’entrepreneur, mais il ne faut pas oublier de l’enlever à la pause déjeuner, ou en fin de journée… Et là encore, ça passe par des petits rituels.

Tu peux par exemple : lire tes mails ou checker les réseaux, noter noir sur blanc l’action avec laquelle tu souhaites démarrer le lendemain, éteindre ton ordinateur… (Personnellement c’est quand je rabats l’écran de mon ordinateur portable que j’ai vraiment la sensation que la journée est finie)

 

Définir un objectif quotidien pour une organisation zen quand on travaille chez soi

Et la quand je parle d’un objectif quotidien, je veux bien dire UN objectif quotidien !

C’est un peu le même principe qu’on a appliqué plus haut aux horaires minimums. Si tu définis UN objectif par jour (ou pourquoi pas un objectif du matin et un objectif de l’après-midi), dans 99% des cas, tu vas le réaliser cet objectif, et tu seras fière !
Évidemment ça ne veut pas dire que tu ne vas faire que ça, ça veut simplement dire que tu te donnes les moyens de réussir. A la fin de la journée, tu n’auras peut-être pas accompli autant de choses que tu aurais voulu, mais tu pourras toujours te dire que tu as fait CE truc qui te tenais tellement à cœur ! Tu te mets dans une posture triomphante et positive.

Je dis oui aux listes de taches, noter tout ce que tu as à faire te permet de vider ton cerveau d’un maximum de charge mentale et d’avoir une visualisation claire de ce qu’il te reste à faire et dans quel ordre le faire. Mais cette liste tu n’a pas besoin de la réinventer chaque jour, de physiquement déplacer au lendemain tout ce que tu n’as pas pu faire aujourd’hui. C’est source de frustration et de démotivation (voire de culpabilité).

A mon sens, cette technique de l’objectif unique est clairement la cinquième base d’une organisation zen quand on travaille chez soi. Ceci dit, si tu l’adoptes, tu dois comprendre qu’il arrivera tout de même que tu ne viennes pas à bout de ce fameux objectif unique : parce que tu étais malade ou fatiguée, parce qu’il y a eu un imprévu à gérer…

Dans ces moments-là, relativise ! Même avec la meilleure volonté du monde, on ne peut pas tout contrôler. Il y a des jours productifs et d’autres non, c’est normal, c’est humain. La Slow organisation c’est avant tout apprendre à être bienveillant envers soi-même !

Aujourd’hui rien ne va comme tu veux ? Eh ben laisse couler ! Va prendre l’air, fais une sieste, lance une partie de Candy Crush, ou fais péter les Watts sur ton album de Death Metal préféré… Bref lâche prise ! Ça ne sert à rien de se prendre la tête, fais une vraie pause franche et tu reviens à ta tâche plus tard avec un cerveau reposé.

 

Tu le sais, en matière d’organisation, je n’aime pas faire de généralités. Je m’attache plus souvent au « Pourquoi » on fait les choses qu’au « Comment » les faire. Peu importe que tu tiennes un agenda, que tu sois du matin ou du soir, que tu aimes t’organiser sur papier ou en version numérique, l’important c’est de savoir poser les bases de ton organisation zen quand tu travaille chez toi. Le reste n’est que formalité !

 
J'ai pas le temps

J'ai pas le temps

Se promouvoir, ça prend du temps

Se promouvoir, ça prend du temps